bandeau
Programmes et projets

Le programe triennal 2016-2018

Le programme triennal de la LTDH est financé par PPLM, partenaire principal de la LTDH. Pour les trois ans à venir les activités de l'organisation tourneront autour des axes cités. Une attention particulière est accordée à la protection des défenseurs des droits de l'homme par le département droit de l'homme de PPLM.
Le programme de 2016-2018 financé entièrement par PPLM avec une contribution de la LTDH doit permettre de réduire considérablement les violations des droits de l'homme de tout genre autour des axes de travail de la LTDH et contribuer notamment à travers l'adoption des textes de loi telles que le code pénal en souffrance depuis plusieurs années, le code des personnes et de la famille, le code de procédure pénale et civile, la loi sur la CNDH (commission nationale des droits de l'homme). Un des éléments visés dans nos précédents programmes étaient de réduire les violences par l'utilisation de la justice. Aujourd'hui, la réalité montre qu'il y a un autre défi à relever, celui d'une bonne administration de la justice et du respect des textes de la république. C'est en cela que le programme 2016-2018 doit y apporter un plus.

Le programme couvre avec ses activités une grande partie du territoire du Tchad.

1- La zone d'intervention de la LTDH se repartie comme suit : le Moyen-Chari Salamat qui couvre les régions du Mandoul, de la Grande Sido, du Lac Iro, du Bahr Kôh, du Barh Sara et du Salamat ;

2- Les logones et Tandjilé qui couvre le logone occidental, le logone oriental et la Tandjilé ;

3- Le Mayo Kébbi qui couvre le Mayo Kébbi Est et Ouest ;

4- Le Chari Baguirmi qui couvre le Hadjer Lamis et le Massénia ;

5- Le Guéra/Batha qui couvre la zone de Ati, le Guéra et le Bahr Signaka ;

6- Le Lac Kanem qui couvre la zone du Lac Tchad, le Kanem et le Bahr El Gazal;

7- Le Ouddai/ Biltine qui couvre le Ouaddai géographique, le Sila et Goz beida;

8- Le Borkou-Ennedi-Tibesti (BET) qui couvre l'extreme Nord du Tchad mais dont on n'a pas developpé des activités même s'il y a une cellule embryonnaire.

Se sont au total quatre Coordinations régionales fonctionnelle actuellement sur les huit prévues. Il s'agit de la Coordination régionale du Moyen-Chari/Salamat, de la Coordination des Logones et Tandjilé, de la coordination du Mayo Kébbi et de la coordination du Ouaddai/Biltine ; 70 cellules constituées des militants bénévoles et 16 000 militants de l'organisation qui jouent le rôle d'observateurs des droits de l'homme à la LTDH.

L'extrême nord du Tchad c'est à dire le Borkou, l'Ennedi et le Tibesti ne font pas partie de la zone d'intervention de la LTDH. En résumé la LTDH est installée au Sud du Tchad, au Centre, à l'Ouest et à l'Est dans les grands centres et avec une présence des cellules dans certaines localités où les militants bénévoles s'organisent pour protéger et défendre les droits de l'Homme. (Voire la carte de la zone LTDH)

Les axes de travail 2016-2018

AXE 1 : Eduquer aux Droits de l'Homme et à la Citoyenneté Active

Les acquis du biennal en matière de sensibilisation des populations par les émissions radio ont été bien menées mais les formations des forces de sécurité et des journalistes sur les notions des droits de l'homme n'a pas été réalisé faute de limitation financière. Pour ce présent triennal, un plan de communication sera formulé précisant les objectifs, les thèmes et les produits journalistiques à développer pour atteindre les résultats attendus tels que définis dans le cadre logique. Les effets directs sera que la presse offre un grand espace aux questions des droits de l'homme et indirectement contribuer à une amélioration substantielle de celles ci en tenant compte du fait que les études sur les questions sécuritaires montrent que plus de 60% des Tchadiens n'ont pas confiance à leurs forces de sécurité et les rende responsable des multiples violations des droits de l'homme. Cette réalité ressort aussi des rapports des violations des droits de l'homme de la LTDH.

AXE 2 : Protéger et Défendre les droits de l'Homme

Dans ce volet, il est développé les activités d'observation/interpellation, de conseil juridique et judiciaire et de plaidoyer. Les acquis pour la CR-Ndjamena sont indéniables mais très faibles dans les autres CR. Nous envisageons pour ce triennal de renforcer ces activités dans l'ensemble des CR . Les effets directs de cette activité trouve sa source dans l'acte fondateur de la LTDH c'est à dire assurer le respect des droits de l'homme par tous et surtout par l'application des textes nationaux et internationaux ratifiés par le Tchad. Aussi de lutter contre l'impunité qui oblige à se faire justice soit même et de protéger les défenseurs des droits de l'homme des atteintes dont ils sont l'objet. Indirectement d'amener les autorités Tchadiennes à comprendre et œuvrer pour les droits de l'homme comme gage d'un développement du pays.

AXE 3 : Transformer les conflits en un processus de paix

Il s'agit dans ce volet de renforcer les capacités de nos membres en matière de culture de la paix et de la gestion pacifique des conflits. Dans le biennal précédent, il a été réalisé 3 espaces de dialogues et des sensibilisations sur la culture de paix. Ce triennal permettra d'étendre l'action en zones rurales et d'établir les liens de connexion des initiatives en matière d'organisation communautaire de paix avec les CR.

AXE 4 : Assurer le monitoring et le plaidoyer autour des industries extractives

Il s'agit pour la LTDH de participer à l'observation des industries extractives. Il s'agit de protéger les population riveraines de l'accaparement des terres, à la compréhension de leurs droits, à recevoir des indemnités justes et indirectement, que les compagnies respectent les textes et la vie des populations afin que les ressources provenant des industries extractives aident au développement des régions concernant et partant au développement du Tchad et à la lutte contre la pauvreté ;

AXE 5 : Renforcer la vie associative et le fonctionnement institutionnel de la LTDH

Il s'agit de renforcer les capacités institutionnelles de l'organisation et de ses membres pour la rendre plus professionnelle et crédible. Et d'assurer sa pérennisation pour apporter une contribution au développement du pays et à la création d'un État de Droit.


Projet "Ma Voix Compte"

La LTDH met en place un projet en partenariat avec l'Union Européenne un projet intitulé " Ma voix compte ". Ce projet prend en compte les différentes élections au TCHAD.

Présentation du projet

Durée : 32 mois

Cette action est préparée dans un contexte du blocage du processus electoral par les acteurs politique. Les femmes, les handicapés et les jeunes qui constituent le gros lot des électeurs tchadiens et particulièrement dans le monde rural ne sont souvent impliqué dans le processus. La LTDH a, dans les différentes élections précédentes, participé à la formation des observateurs et des élus locaux. Ainsi, Il apparait dans les échanges avec les concernés un désintérêt pour les différentes élections dû au manque de transparence et à la mauvaise gouvernance politique. Des échanges avec les membres de la CIEL et la CNDP ont permis de dégager des pistes de l'action. L'analyse des actions menées par la LTDH depuis les elections de 1996, de sa participation dans les plate formes telles que l'ONIPED et la CIEL est un des éléments de préparation de l'action. Nous avons au regard de ce constat et aux échanges fait des minis ateliers internes élargis aux membres de l'organisation afin de dégager les idées novatrices à suivre pour la participation citoyenne aux élections et à la gestion de la citée.

Objectif Global: Contribuer à une participation citoyenne au processus electoral au Tchad.

OS 1: Amener les jeunes, les femmes et les personnes handicapées à participer aux élections par un vote utile ;

OS 2: Mobiliser les cibles à assurer la gouvernance à travers la mise en place des observatoires citoyens cohérent et crédible.

Les parties prenantes au projet

Les parties prenantes au projet sont : les jeunes dans les provinces, sont de plus en plus démotivé par les élections nationales et/ou locales. C'est pourquoi, l'action devrait les remobiliser dans le sens d'un vote utile afin d'éviter de se dire que le changement ne peut pas s'opérer par les élections ; les groupements des femmes, votent de plus en plus par rapport à l'appartenance régionale ou ethnique suivant les obédiences du mari. Elles doivent se mobiliser pour figurer sur les listes électorales et de participer aux différentes élections qui peuvent à moyen ou long terme être une arme efficace dans la prise en compte de leurs préoccupations ; Les personnes handicapées, déçues dans leurs prises en charge spécifique, souhaiteraient être intégrés comme tout autre citoyen dans la prise des décisions politiques ; Les conseils municipaux, sont en charge de la gestion locale et comme tel doivent aider les cibles à mieux percevoir l'importance des élections démocratiques et y contribuer ; Les autorités locales sont des garants de la bonne administration des élections. En ce sens, elles doivent associer les cibles à la gestion de la chose publique au lieu d'influencer leur vote.

Résultats attendus du projet

R1: 28 ateliers de formation réalisés ;

R2: 384 causeries éducatives organisées, 32 caravanes et 64 théâtres forum réalisés ;

R3: 512 émissions, 1152 spots réalisés ;

R4: 32 plaidoyers réalisés ;

R5: 16 observatoires citoyens de la gouvernance mise en place ;

R6: 32 suivis internes et 2 évaluations externes réalisées

Les groupes cibles et bénéficiaires finaux

Les jeunes, se sont des groupes organisés ou non en association ou groupement. L'action entend les choisir à travers leurs pairs suivant leur niveau d'étude ; Les personnes handicapées, sont aussi constitués pour défendre leurs intérets et moins structuré dans les zones rurales. Seront choisis en fonction de leur capacité à représenter les autres ou à communiquer avec; Les femmes, elles sont aussi organisées en groupe d'intérêts économiques. Se sont les premières victimes de la mal gouvernance. Elles seront désignées par leur paires suivant les critères de disponibilité, de capacité à transmettre et à former ; Les autorités locales et traditionnelles, se sont les élus locaux et chefs traditionnels. L'action visera directement une cible estimée à 15.000 dont 30% des femmes.

Localités concernées

16 régions du Tchad et 32 villes secondaires

logo contact

sitemap
FIDH Human Rights Watch Amnesty International
Twitter Contact mail
Retour en haut